Avenant au Contrat de Subvention Action Extérieure Union Européenne FED-2020-420-274

L’Afrique centrale peine à développer les infrastructures régionales d’intégration numérique entre les différents pays. La mise en place au plan régional et dans les états nationaux d’une vision prospective des TIC en AC et d’une planification indicative des infrastructures sera favorable au développement des TIC et partant au développement économique et social. Il est donc nécessaire de préparer la mise en place des technologies large bande et la couverture des zones isolées, tout en tenant compte du genre et des populations défavorisées.

Eu égard aux difficultés rencontrées par les institutions régionales et la technicité en la matière, il est proposé de faire appel à un organisme national jouant le rôle de point focal, et appuyé par des compétences de niveau universitaire dans la région et collaborant avec des organismes régionaux qui pourraient offrir le système d’information géographique adéquat et le contexte politique (CEMAC et CEEAC). Le choix s’est porté sur l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé (ENSPY) qui dispose d’un pôle technologique sur les Technologies de l’Information et de la Communication pour assurer la coordination de l’Unité de Gestion du Projet (UGP). L’ENSPY sera appuyé par l’Ecole Nationale Supérieure des Postes, Télécommunications et TIC (SUP’PTIC) de Yaoundé pour la mise en œuvre de l’action.

Eu égard aux contraintes budgétaires, l’action sera menée dans les pays de la zone Afrique Centrale que sont le Cameroun, le Gabon, le Congo, la République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo et le Tchad. Eventuellement la Guinée Equatoriale pourra être pris en compte si ce pays est éligible aux actions financées par l’UE.

Les bénéficiaires finaux de ce projet sont :

  • les populations urbaines et rurales, en particulier les femmes et les jeunes
  • les entreprises
  • les opérateurs
  • les gouvernements de l’Afrique centrale
  • les régulateurs du secteur des TIC
  • la société civile et les ONG
  • les institutions régionales (CEMAC, CEEAC)
  • les institutions continentales et internationales (UA, BAD, CEA, UAT, UIT)

Objectif global

L’objectif global du projet est l’amélioration de la compétitivité des économies en Afrique Centrale et le développement social en renforçant les conditions de mise en œuvre des infrastructures des TIC.

Objectifs spécifiques

Dans le cadre du projet, les objectifs spécifiques retenus sont :

  • L’amélioration de la planification et de la mise en œuvre des infrastructures d’intégration numériques des pays de l’Afrique centrale ;
  • L’amélioration de la prise de décision des autorités sur la base des informations TIC actualisées.

Résultats attendus

Résultat 1 : Des rapports validés de prospective sur les besoins TIC en Afrique Centrale sont disponibles.

Indicateur 1.1 : Cartographie validée des besoins en TIC dans les pays de l’Afrique centrale

Résultat 2 : Des plans stratégiques approuvés des infrastructures régionales et nationales sont disponibles.

Indicateur 2.1 : Statut du plan stratégique approuvé des infrastructures régionales des TIC en AC

Indicateur 2.2 : Statut des plans opérationnels d’application du plan stratégique régional dans les pays de l’AC.

Résultat 3 : Un développement du capital humain en planification et gouvernance des TIC en Afrique centrale est effectif.

Indicateur 3.1 : Contrat de partenariat pour un réseau interuniversitaire en Afrique centrale

Indicateur 3.2 : Nombre de personnes formées en gouvernance et planification des TIC.

Indicateur 3.2 : Statut de l’observatoire régional des TIC en Afrique centrale

 

CONTRAT PAGIRN-PPTIC

AVENANT N°1 PAGES 1 ET 2 SIGNE LE 11 11 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + 20 =

Aller au contenu principal